AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand les CFF méprisent leurs retraités

Aller en bas 
AuteurMessage
Zebulon
Admin
avatar

Nombre de messages : 83
Age : 45
Localisation : Renens
Date d'inscription : 23/05/2006

MessageSujet: Quand les CFF méprisent leurs retraités   Dim 3 Déc - 15:08

TRISTE Les CFF veulent vendre leurs villas: les locataires sont menacés de devoir tout quitter


A 78 ans, il n'entend plus le bruit des trains. Quarante-deux ans et cinq mois à travailler sur les voies, «c'est vite passé», mais ça vous marque un homme.

Roger Meyer pose ses lunettes sur la nappe en tissu blanc du salon et hausse les épaules. Oui, les CFF veulent vendre sa maison de Lonay (VD). Alors «il faudra sûrement partir, qu'est-ce que vous voulez? Ils viendront me sortir avec les flics.»

A l'époque où il a signé le bail, dans les années 1960, on l'avait pourtant assuré qu'il pourrait rester là à vie. Mais les gens qui ont dit ça «sont morts», sans doute. Et puis, «les Chemins de fer, c'est plus comme avant. Aujourd'hui, c'est l'argent, l'argent, l'argent.» Neuf villas sont concernées dans le quartier. Beaucoup abritent des retraités des CFF.

Samedi dernier, ils ont défilé. Quarante à cinquante acheteurs potentiels pour la maison, estimée à 400 000 francs environ. Le vendeur des Chemins de fer a fait la visite. Là, c'est le salon, avec le tourne- disque et les médailles de tir au fusil, ici le jardin et ses magnolias de trois couleurs différentes.

Roger Meyer était présent avec sa femme. Ils n'avaient «rien à dire». Lorsqu'on leur a posé la question, ils ont juste répondu que, oui, avec la voie ferrée à côté, l'endroit est bruyant.

Côté chemins de fer, on ne daigne même pas déranger les responsables du service immobilier pour expliquer cette situation. Jacques Zulauff, porte-parole, l'admet: «Les CFF ne sont plus la régie fédérale d'antan qui faisait dans le social.»

Afin d'assainir leur caisse de pension, les Chemins de fer vendent «tous les objets immobiliers qui ne sont pas nécessaires à l'exploitation ferroviaire.» Des dizaines de maisons ont déjà été remises en Romandie.

Dans la villa attenante à celle des Meyer vit «le copain» Léon Knigge, 92 ans. Sa maison, il y habite depuis 1964. Comme ses voisins, il paie peu. Environ 800 francs pour quelque 80 mètres carrés d'habitation, plus le jardin. Et comme eux, il ne se fait pas d'illusions. Ceux qui achèteront voudront certainement s'installer, et résilieront les baux à loyer. Où aller après?

«En août, le service immobilier des CFF nous a annoncé qu'il allait venir estimer la maison. J'ai demandé au vendeur comment faire pour reloger mon père. Il m'a répondu que ce n'était pas son problème», soupire Jacqueline Knigge, fille de Léon. Elle a bien fait le tour des gérances. «Mais lorsqu'elles apprennent l'âge de mon père, elles écarquillent les yeux. Et dans les établissements pour personnes âgées, il n'y a pas de place.»

Aux CFF, effectivement, on n'a rien prévu pour aider à reloger les gens. Par contre, «s'ils souhaitent acheter, les locataires ont la priorité sur tous les autres acquéreurs», précise Jacques Zulauff. Avant d'admettre qu'on investit rarement dans une maison à 92 ans. Mais bon. L'essentiel, c'est que «toutes les régies feraient de même». Avec leurs propres retraités?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*Vive la Vie*
Admin
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 68
Localisation : Genève
Date d'inscription : 09/07/2006

MessageSujet: Re: Quand les CFF méprisent leurs retraités   Dim 3 Déc - 17:08

Bientôt on va devoir acheter l'air que l'on respire si l'on veut vivre...PAUVRE SUISSE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Quand les CFF méprisent leurs retraités
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le coin "PRESSE & MEDIAS"-
Sauter vers: